Pages

Cette école d'Arts Martiaux Traditionnels a été fondée à Bordeaux en 1975 par Frédéric DUPERTOUT. Par la forme et par l'esprit, elle ne le cède en rien aux écoles traditionnelles d'arts martiaux que l'on rencontre au Japon. Le karaté, le ju jitsu que l'on y enseigne sont issus des plus vieilles techniques que le Maître SANO Teruo reçut de ses anciens maîtres, et qui furent rassemblées sous le nom de "YOSEIKAN SANO RYU " - et plus récemment - "SANO RYU KARATE JUTSU"

jeudi 17 mai 2018

DE LA NECESSITE DE LA CULTURE (3)

L'Inde, après le passage de Mahatma Gandhi, a laissé à l'occident l'image d'une société et d'un peuple non-violents. C'est en partie vrai, au moins pour les adeptes de la religion jaïn, une des plus anciennes du pays, et dans laquelle, plus tard, le boudhisme a puisé les côtés pacifistes de ses enseignements.

Il n'en reste pas moins que la seconde caste du pays, après celle des brahmanes, est celle des kshatrya, des guerriers, et qu'un des livres saints de l'hindouisme, le Māhābharata, (18 livres), est un immense poème guerrier. Le livre central en est la Baghavad Gita (Le Chant du Bienheureux). Dans ses dix huit chapitres, ce livre situe son action lors de la bataille de Kurukshetra. Le roi Arjuna, sur le point de lancer le combat, hésite devant l'horreur du carnage à venir, d'autant plus qu'il reconnaît des parents et des amis dans les rangs adverses.

Le conducteur de son char, Krishna, le dieu bleu, séducteur des bergères, l'encourage à tenir son rôle de guerrier, et il s'ensuit un dialogue d'une sidérante profondeur psychologique et un exposé du yoga. Vous avez bien lu : le dieu Krishna enseigne le yoga à partir du mental de la guerre.


Krishna et Arjuna sur le champ de bataille de Kurukshetra
(illustration du XVIIIe et XIXe siècles) - source : Wikipedia

En fait, il est ici question de trois branches fondamentales: dévotion (bhakti yoga), connaissance (jñāna yoga), action (karma yoga). Et ce sont les trois caractéristiques indispensables au guerrier.

Une des premières constatations est que le dévôt (bhakti), pour être réalisé et accomplir la plénitude de la vie, devra approfondir la connaissance (jñāna) et les actes, y compris violents (karma). En fait, chacun des trois aspects du yoga sera inséparable des deux autres.

On estime que la Baghavad Gita a été écrite vers 500 ans av. J.C. mais qu'elle est la transcription d'un enseignement oral beaucoup plus arachaïque (environ 5000 ans av. J.C.). Il est à noter que ces gigantesques poèmes étaient appris par coeur. De même, d'ailleurs, que chez nous, les connaissances nécessaires pour construire une cathédrale.

Ceci pour nous rappeler ce qu'est la mémoire...


A bientôt !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Votre commentaire